8-12 – Lumières dans la Nuit de Lugdunum

8 décembre oblige, je vais vous parler aujourd’hui des illuminations… et comme je vis à quelques kilomètres de Lyon et que je suis mariée à un Lyonnais depuis plus de 20 ans 😉 , je vais vous conter l’origine de la “Fête des Lumières”.

Si cette grande fête de rue voit le jour officiellement en 1989 sous l’initiative du Maire Michel NOIR, son origine est, quant à elle, beaucoup plus ancienne !!!
En voici l’histoire…

Nous sommes au moyen âge… la peste fait rage depuis presque 100 ans et près de la moitié de la population a déjà été emportée par ce terrible fléau… Ne sachant plus que faire, la ville de Lyon s’en remet à la Vierge Marie, lui promettant cire blanche et or si elle accepte de les prendre sous sa protection…. Leur vœu pieu est exaucé puisque cette année là, la peste s’arrêta dans la ville, faisant encore rage partout en France.

Les siècles passent et les pèlerins  sont toujours plus nombreux à venir vénérer Marie. En 1852, la vieille église doit être restaurée.
La restauration du clocher est terminée et l’on va placer sur celui-ci une magnifique statue de Marie en bronze dorée.
Bien entendu la date choisie est celle du 8 septembre , fête de la naissance de la Vierge. 
Seulement voilà, le ciel n’est pas d’accord… quelques jours avant, les nuages grondent, la ville se retrouve sous des torrents d’eau et la Saône déborde. 
Une nouvelle date est donc choisie : le 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception.
Et il arriva ce jour là quelque chose de magique dans cette belle ville de Lyon…. l’histoire raconte :

“Tout à coup apparaissent à quelques fenêtres inconnues des lignes de feu… La ville s’était embrasée en un instant. Bientôt, il ne restait plus, sur la vaste étendue des quais, des rues, des passages ignorés et des cours invisibles, aucune fenêtre obscure. 
Les petits marchands illuminaient leurs baraques, leurs voitures et jusqu’aux bordures des trottoirs… Quelques feux de Bengale s’allumèrent sur les toits de la chapelle de Fourvière, la statue de la Vierge apparaît et la grosse cloche de Saint Jean, cet éloquent interprète des joies publiques, est lancée à toute volée. 
A huit heures, la population entière était dans la rue, circulant, paisible, joyeuse et attendrie à la lumière de toutes ces bougies.. On se serrait la main sans se connaître, on chantait des cantiques, on applaudissait, on criait : “Vive Marie ! ” Les étrangers n’en revenaient pas et les Lyonnais, tout remplis qu’ils étaient de cette fête improvisée, se demandaient comment, en un instant, une population de trois cent mille âmes avait pu être saisie de la même pensée”.
(extrait du livre de Louis Jacquemin, Histoire des églises de Lyon)

Il est vrai qu’après plusieurs siècles, rien n’oblige les lyonnais à allumer encore ces petits lumignons et pourtant j’en connais qui, même loin de Lugdunum, aujourd’hui 8 décembre, mettront dans un verre à moutarde ou un verre de cristal une petite bougie et le déposeront sur le rebord de leurs fenêtres en un lumineux MERCI ❤

Belle et Lumineuse Nuit des Lumières  à tous  ❤


..¸ ¸.☆.。.:*・°☆.。.:*・°☆.。.:*・°☆. ¸ ¸..
☆ Véronique ☽O☾ Parole de Sorcière ☆

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à partager.
Vous pouvez commenter, liker, épingler, questionner …
et pensez à vous abonner pour ne rien perdre des publications suivantes

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s